Comment réparer et remplacer l’échappement

Les différentes parties du système d’échappement sont mises à rudes épreuves. Il est directement soumis à une corrosion, tant interne qu’externe. Les attaques les plus directes sont les projections d’eau, entraînant un refroidissement brutal, de boue, de sel et de fondant en hiver.

Les gaz d’échappement eux-même, oxydent le métal de l’intérieur et la condensation peut même s’accumuler sous forme de liquide à l’intérieur des pots et silencieux (il n’est pas rare de voir une voiture “cracher” de l’eau à la sortie de l’échappement lorsque le moteur vient d’être mis en route, à froid).

Il faut intervenir dès qu’un bruit d’échappement se fait entendre. Rappelons qu’un échappement percé peut se révéler dangereux, puisqu’il peut permettre l’entrée de gaz extrêmement toxiques dans l’habitacle.

Réparation

Il arrive qu’un silencieux d’échappement, encore sain par ailleurs, soit légèrement percé en un point particulier. Si la partie atteinte est accessible, il est possible de réparer sans dépose.

Il existe dans le commerce des mastics ou bandages destinés à ces réparations. Ils sont faciles à poser si l’on prend certaines précautions.

Conseils :

  • Avant tout, ne travaillez jamais sous une voiture soutenue seulement par un cric. Utilisez impérativement deux chandelles ou, mieux encore, deux rampes. Les roues restant au sol devront bien sûr être calées efficacement. N’oubliez jamais la sécurité.
  • Avec une brosse métallique (à la main ou avec une perceuse électrique munie d’une brosse rotative), brossez énergiquement l’endroit devant être traité.
  • Travaillez autant que possible sur un échappement froid. D’une part, vous ne risquez pas de vous brûler, et d’autre part, le produit sera plus facile à “travailler” car il ne séchera pas immédiatement.

Suivez les indications du fabricant afin d’utiliser au mieux le mastic.

Le mastic d’échappement

On l’utilise pour obstruer les crevasses, fissures, tuyaux et silencieux percés mais ne nécessitant pas un bandage. Cette pâte durcit à la chaleur, résiste à une température supérieure à celle du bandage et ne contient pas d’amiante.

Présenté également en boîte, il peut être conservé pour d’autres applications en refermant bien la boîte.

Le mastic peut être utilisé avec un bandage pour offrir une longévité supplémentaire à la réparation.

Le mastic posé sur le pot d'échappement

Le mastic posé sur le pot d’échappement

Le bandage d’échappement

Présenté dans une boîte, le bandage est prêt à l’emploi. Il durcit à la chaleur et résiste à une température de 800° C. La réparation s’obtient par enroulement de la bande autour de la partie détériorée, éventuellement protégée par une feuille d’aluminium comprise dans la boîte. L’ensemble est maintenu en place par un fil de fer, torsadé à la pince.

Le mastic spécial raccord échappement

De même présentation que celui d’échappement, ce mastic spécial est réservé pour parfaire l’étanchéité des emmanchements tuyaux-pot d’échappement. Cette substance spéciale pour raccord durcit et se dilate à la chaleur et à une tenue en température supérieure à 800° C. Ces trois produits pourront vous dépanner et vous mettre à l’abri du bruit et des émissions de fumée.

Ils ne constituent cependant qu’une réparation provisoire, qui ne vous dispense pas à terme de remplacer tout ou partie de l’échappement.

Le bandage d'échappement

Le bandage d’échappement

Remplacement

Lors du remplacement d’un échappement, la difficulté réside non pas tant dans la pose que dans la dépose et à plus forte raison s’il s’agit d’une dépose partielle. Les éléments sont rouillés, grippés par l’oxydation et la difficulté est fonction de l’âge de l’échappement.

24 heures avant l’intervention, vaporisez du produit dégrippant sur les brides, les écrous, les colliers, etc. Évitez de le faire sur un échappement brûlant, ce qui ferait s’évaporer le produit.

Même si vous n’avez à intervenir que sur un élément, vous aurez quelquefois avantage à déposer tout l’ensemble, qu’il sera plus facile de déboîter une fois à terre.

Portez des gants et des lunettes pour éviter tout risque de blessure.

En règle générale, la dépose du dispositif d’échappement se fait en partant de l’arrière et en remontant vers l’avant.

Pour déboîter les tuyaux, ouvrez la partie femelle de l’emmanchement à l’aide d’un burin plat. Vous pouvez utiliser des burins spéciaux qui s’insinuent en même temps entre les deux éléments.

Pour des raisons évidentes de sécurité, il est déconseillé de chauffer à la lampe à souder ou de couper au chalumeau, les éléments récalcitrants. On n’y aura recours qu’en dernière extrémité.

Si lors du démontage, des silentblocs en caoutchouc cassent, maintenez la partie restante avec une pince-étau, en emprisonnant la partie métallique.

Pour le remontage, utilisez éventuellement de la pâte spéciale ou de la graisse graphitée, ce qui facilitera les emboîtements. A ce sujet, l’emmanchement doit être assez profond pour que le tube intérieur masque les fentes du tube extérieur.

Pour commander tout ou partie d’un échappement neuf, notez avec précision l’année et le mois de sortie du véhicule, ainsi que le numéro dans la série du type. L’échappement, en effet, est toujours sous-traité d’où de très nombreux modèles souvent différents sur un même modèle de voiture.

Profitez de l’opération pour remplacer silentblocs et anneaux en caoutchouc. Attention à bien caler tous les éléments, faute de quoi l’ensemble risque de taper sous la caisse au moindre cahot.

4 commentaires

Ajouter un commentaire