Les 2 systèmes d’arrosage

La mise en place d’un arrosage en pluie nécessite la possession d’un matériel adéquat que ce soit un matériel qui peut être déplacé à volonté ou celui qui est placé à demeure. Si les arroseurs varient par leurs présentations, ils appartiennent à deux systèmes différents.

L’arrosage mobile

L’arrosage mobile avec un matériel qui peut être déplacé à volonté au gré des utilisateurs et des utilisations. Bien que des appareils existent dans le commerce pour assurer un arrosage automatique et mobile.

Les arroseurs statiques

Les arroseurs statiques dont le prix d’achat est assez modeste. Ces appareils assurent une pulvérisation réglée une fois pour toutes ou un réglage à volonté. Ils servent à l’arrosage d’appoint des petites zones de pelouse ou des petits massifs de fleurs. Ils distribuent l’eau à des surfaces calcaires de 20 à 50 m² (5 à 8 m de diamètre)

Les arroseurs rotatifs

Il s’agit d’appareils inusables et indéréglables marchant dans tous les cas, même lorsque la pression de l’eau est faible. Ils sont constitués de bras tournant soit sur un trépied, soit un traineau.

Ils répartissent l’eau très régulièrement. A signaler leur robustesse et leur entretien facile.

Les arroseurs oscillants

Un arroseur oscillant

Un arroseur oscillant

Ce sont des appareils constitués par des tubes auxquels un mécanisme, actionné par la pression de l’eau, donne un mouvement de 130°. Ils permettent l’arrosage de zones très localisées et sont intéressants particulièrement pour le potager. Ce sont également des appareils assurant une bonne distribution d’eau pour les parties rectangulaires des pelouses. Ils nécessitent cependant la disposition d’une pression suffisante (minimum 1,5 bar) et constante.

Ils se présentent sur un traineau bas muni de skis, facilitant leur glissement sur les pelouses.

Les arroseurs à jet brisé

Permettant de répartir l’eau dans un cercle complet ou une portion de ce cercle suivant usage. Ils arrosent lentement, régulièrement et économiquement mais ils coûtent un peu plus cher et sont assez délicats.

Ces appareils se présentent en deux versions :

  • sur pied bas pour les pelouses
  • sur trépied pliant pour les arbustes ou arbres

Ils sont généralement employés sur des surfaces circulaires pouvant monter jusqu’à 400 m².

L’arrosage par quadrillage

Un arroseur automatique

Un arroseur automatique

L’arrosage par quadrillage ou l’arrosage de l’avenir, le plus rationnel et le plus pratique. Les arroseurs dits “enterrés” sont disposés dans des boîtes ne présentant aucune aspérité au-dessus du sol. En donnant la pression d’eau nécessaire dans la canalisation, les appareils sortent de leur logement et se mettent à fonctionner.

Ce système demande une étude sur plan de la zone à arroser pour déterminer avec exactitude l’implantation des appareils et obtenir un recouvrement parfait. Il est préférable de prévoir cette technique d’arrosage au moment de la création du jardin pour éviter d’avoir à défoncer allées ou pelouses ou de faire passer une canalisation dans un zone de racines d’arbres.

Un tel matériel résiste parfaitement au gel, ce qui ne nécessite pas l’obligatoire vidange à l’entrée de l’hiver. Il supporte des pressions pouvant aller jusqu’à 10 bars et plus. En plus, sa pose est facile.

Quelques accessoires indispensables

L’arroseur n’est qu’une partie du matériel indispensable à l’entretien d’un jardin. Il ne peut pas fonctionner sans le tuyau d’arrosage lui apportant l’eau nécessaire à son travail. Il faut choisir pour cela, un tuyau de bonne qualité, muni d’un label assurant la garantie d’une fabrication sérieuse.

Le stockage de ce tuyau doit se faire sur un dévidoir à passage d’eau.

Des prises d’eau munies d’une robinetterie de qualité, judicieusement réparties ainsi que des bouches d’arrosage, disposées le long des allées, peuvent aussi éviter des pas inutiles vers un point d’eau lointain.

Les choix doivent donc tenir compte de la superficie du jardin à arroser.

Ajouter un commentaire