5 travaux d’installation de l’éclairage artificiel

Comme pour les spectacles de sons et lumières, la réalisation de l’éclairage artificiel d’un parc ou d’un jardin réclame une certaine sensibilité artistique. Mais votre inspiration vous permettra très certainement de transfigurer votre jardin aussi agréable la nuit. Toutefois, pour vous lancer dans les travaux d’installation, il vous faudra respecter quelques règles d’or.

L’allumage

Lampe à lumière mixte

Lampe à lumière mixte

Si vous avez à traverser votre jardin pour vous rendre à la maison, vous devrez pouvoir allumer à partir de votre portail d’entrée.

De plus, il faudra prévoir un nombre de prises de courant suffisant pour pouvoir raccorder des appareils électriques tels que les tondeuses à gazon.

Votre installation devra être réalisée avec du matériel étanche et protégé des dégradations mécaniques. Elle sera alimentée en 220 volts monophasé avec conducteur de terre.

Vous pourrez vous servir également d’une alimentation en très basse tension : 24 volts, mais il vous faudra alors un transformateur et des câbles plus gros. Le circuit de terre ne sera plus nécessaire. Enfin, vous donnerez une allure discrète à votre matériel.

Les circuits électriques

Sur le tableau de répartition situé immédiatement après le disjoncteur différentiel de branchement et qui porte tous vos fusibles de protection (les “plombs”) des divers circuits électriques de votre maison, vous placerez un fusible supplémentaire calibré en fonction de la puissance installée pour l’éclairage de vote jardin et destiné à le protéger.

C’est là que partira le câble monophasé destiné à l’alimentation de vos luminaires (dans le cas d’un seul circuit).

L’interrupteur

Vous placerez un interrupteur étanche près du portail d’entrée fonctionnant en va-et-vient avec un interrupteur intérieur. L’interruption du courant devra couper le fil de phase.

Si le portail se trouve relativement éloigné de votre maison, l’utilisation d’un télérupteur sera préférée à un interrupteur simple d’autant qu’il vous sera possible d’installer plusieurs autres télérupteurs à quelques emplacements du jardin. Ce dispositif a l’intérêt de limiter la section des câbles de commande.

Le câble

Votre câble sera choisi en cuivre. Il comprendra trois conducteurs de sections égales dont un de protection. Le câble fixe sera enterré à 70 cm de profondeur, reposant dans une tranchée d’environ 80 cm comprenant, au fond de la fouille, une couche de terre fine tamisée sans blocs pouvant blesser le câble ou, à défaut, de sable de rivière. Le câble sera recouvert d’une deuxième couche du même matériau de 10 cm d’épaisseur. L’ensemble sera recouvert de terre compactée.

Si vous disposez d’un mur autour de votre jardin, vous pourrez faire courir le câble sur ce mur, à 20 cm du sol et disposer des prises étanches de place en place. Vous éviterez de tendre le câble pour permettre aux racines de se développer sans occasionner de ruptures.

Des installations fixes ou mobiles

Les deux conceptions peuvent se justifier. Une installation fixe persiste toute l’année. Elle peut comprendre :

  • une potence avec une vieille lanterne
  • un spot
  • un lampadaire

C’est souvent l’installation la plus proche de la maison et elle peut même lui être attenante.

L’installation mobile comporte du matériel qui ne sert que l’été et est rangé l’hiver.

Les différentes sortes de lampes

Il existe dans le commerce un éventail assez large de lampes pouvant être utilisées dans un jardin énumérées dans le tableau ci-dessous.

Différentes sortes de lampes  
Type Emploi Puissance
Lampe à incandescence classique opalisée de préférence et devant toujours être placée dans des luminaires étanches 25 à 1 500         W
Lampe à incandescence “parinsect” exerçant un effet attractif réduit sur les insectes ailés et capable de créer une ambiance chaude par sa lumière dorée 40 à 75 W
Lampe à réflecteur incorporé peut résister aux chocs thermiques si elle est en verre pressé
Lampe aux halogènes ou lampe à iode nécessite des projecteurs perfectionnés 500 à 2000 W
Lampe fluorescente tubulaire actuellement très en vogue et doit être toujours employée avec un appareillage auxiliaire appelé “ballast”. Permettant de réaliser des éclairages de niveau élevé le long des voies d’accès et des allées, peut aussi être utilisée dans les serres 20 à 65 W
Lampe à ballons fluorescents recouverte intérieurement d’une poudre fluorescente et doit être employée avec un ballast 80 à 1000 W
Lampe à la lumière corrigée utilisée dans l’éclairage des frondaisons et des grandes surfaces
Lampe à la lumière mixte facile à mettre en place et constitue un matériel de choix pour la réalisation d’installations économiques et elle donne une lumière blanche
Lampe à iodures métalliques ou à vapeur de sodium employée surtout pour la mise en valeur de feuillages dorés ou rouges

Quelques normes de puissances

Pour la fonction décorative, les puissances électriques à installer seront plus importantes sur pour la fonction utilitaire. Elles peuvent osciller généralement entre 10 et 30 W par m² de surface illuminée dans le cas de fleurs ou de bosquets.

Pour éclairer des allées, ces puissances seront de 3 à 5 W seulement.

Mais, afin d’éviter tout brûlage de feuilles et de fleurs, il sera indispensable que vous respectiez une certaine distance entre les sources lumineuses et les objets éclairés. Par exemple, avec une lampe de 100 W, vous laisserez 1,20 à 1,60 m s’il s’agit de plantes préférant les situations peu ensoleillées le jour et 0,60 à 0,90 m si ces plantes sont exigeantes en lumière naturelle.

Ajouter un commentaire