6 étapes et quelques conseils pour un bon vernissage au tampon

Vernir un meuble de bois blanc pour lui conférer un éclat précieux et durable ou rénover les éraflures d’une véritable commode de style, imposent des connaissances de bases surtout si vous avez pensé à pratiquer le vernissage au tampon. 6 étapes et quelques conseils donc pour vous aider à faire un vernissage au tampon facile.

Le vernissage au tampon

Le vernissage au tampon

Le vernissage au tampon

Il s’agit d’une technique de vernissage où un tampon de textile remplace le pinceau. En réalité, le tampon remplit divers offices qu’aucun pinceau ne pourrait assumer. Il sert, en quelque sorte de “réservoir” à vernis permettant de traiter toute une surface sans recharge.

Il régularise le débit du vernis pour supprimer cette hantise des vernisseurs, les épaisseurs et les coulures. Il est un prolongement très direct de la main et ne trahit aucune subtilité du geste. Il assure dans ses fibres un mélange permanent des composants du vernis.

Enfin, il ne sert pas seulement à vernir mais à polir les surfaces, à combler les pores du bois, à l’aide de poudre de ponce que ses fibres retiendront lorsqu’elles seront en excès.

La fabrication du tampon

Dans tous les cas, le tampon sera de la forme et de la taille d’un bel œuf. C’est à vous de varier légèrement son volume en portion du format de votre main. En réalité, 2 tampons vous seront nécessaires.

Le premier, assez grossier, servira au bouche-porage. Une toile de jute emplie de charpie de tissus divers fera parfaitement l’affaire. L’important c’est d’utiliser des tissus propres et qui ne déteignent pas. Et faites attention à l’alcool qui imbibera votre tampon et pouvant dissoudre des teintures et tacher gravement le bois.

Le second devra être plus fin, très souple. Le jersey de coton est idéal, mais en aucun cas ne doit pas être neuf, car il pelucherai. Les lambeaux de tricot de corps, les sous-vêtements non alvéolés font prime.

Le ponçage

On ne doit jamais tenter de vernir un bois dont la surface n’est pas d’un poli parfait. Tout commence par un ponçage soigneux en usant successivement du papier abrasif de plus en plus fin et cela, dans le sens du fil du bois.

Ce poli étant obtenu, dépoussiérez convenablement la pièce que vous venez de poncer et placez-la près d’une source de lumière naturelle, fenêtre ou porte vitrée, de façon à contrôler le travail que vous allez entreprendre en vision frisante.

Autre point important : travaillez dans une pièce chauffée (15 à 16°) car au delà (20°), l’alcool s’évapore trop vite.

Le bouche-porage

La plupart des bois ont de très fines veines creuses que l’on dénomme très justement “pores”. Il est alors essentiel de les boucher. En peinture, on enduit. Pour vernir, il est impossible de recourir au même procédé, puisque le début de l’opération est justement de faire ressortir la beauté décorative du bois.

Aussi, vous devez employer de la poudre de pierre ponce.

L’alcool

L'alcool pour le vernissage au tampon

L’alcool pour le vernissage au tampon

L’alcool va servir de véhicule à cette poudre. Vous en imbibez votre tampon sans excès. Trempez-le dans la poudre de ponce et enduisez avec ce mélange la surface de votre travail avec des mouvements circulaires courts pour commencer. Puis, d’une plus grande amplitude pour couvrir le maximum de surface à chaque geste.

Aussi, vous effectuerez des passages dans les sens du bois.

Le vernissage

Le vernissage s’effectue à l’aide d’un mélange constant de 50% de vernis et de 50% d’alcool. Vous pouvez préparer vous-même votre mélange de vernis. Pour cela, il suffit de mélanger tous les composants nécessaires dans une bouteille que vous agiterez chaque fois que vous aurez à humecter votre tampon.

Durant votre travail de vernissage au tampon, surveillez à la lumière s’il passe bien partout sans laisser d’épaisseurs ni de coulures. Ayez la main légère. Le tampon ne doit jamais être souillé par des corps étrangers, poussière, excès de ponce, etc. Et retournez la toile extérieure pour avoir un tampon propre.

L’éclaircissage

Enfin, pour terminer, vous pourrez si vous êtes assez sûr de vous, pratiquer l’éclaircissage après 24 heures de séchage. Avec un tampon rigoureusement propre en toile très fine, seulement imbibé d’alcool, vous allez faire un ultime passage sur votre travail rapidement, légèrement, en décrivant des 8 puis de passages en long pour finir.

Le but de l’éclaircissage est tout simplement de donner un glacis final.

Quelques conseils

Vernis teinté ou bois teinté? La principale qualité d’un vernis est d’être transparent, donc autant que possible incolore. Les vernis plus ou moins ambrés doivent être utilisés avec circonspection. Il est de très loin préférable de teinter le bois à la nuance souhaitée avant de vernir. Pour cela, vous disposez de teintures à l’eau ou à l’alcool.

La teinture à l’eau

Ce type de teinture exige un temps de séchage relatif et a le défaut de “lever le pore”. Ainsi, vous devez poncer à la mise en teinte au risque de modifier la couleur. Le ponçage, après teinture a l’avantage en revanche, de faire ressortir le veinage du bois.

La teinture à l’alcool

Elle sèche instantanément; ainsi, vous n’êtes pas tenu d’attendre très longtemps avant de vernir. Seul subsiste le risque de voir se modifier la teinte initiale si le meuble est exposé au soleil, par exemple.

Le vernis rayé

Il convient de circonscrire la partie abîmée. Tout dépend de la gravité de l’atteinte. Pour une simple éraflure, poncer légèrement pour uniformiser et essayez de détremper l’ancien vernis avec de l’alcool pur.

Si le vernis se dissout et devient collant, étendez-le avec le tampon, en ajoutant un peu de vernissage ordinaire, sans trop charger les limites de partie poncée. Poncez légèrement entre les couches.

2 commentaires

  1. Isaac OLEG
  2. Isaac Oleg

Ajouter un commentaire