Comment faire un plâtre fin

Le terme convenable lorsqu’il faut travailler le plâtre est le mot “gâcher”, mais souvent gâcher entraîne gâchis. Rien n’est plus encrassant et tenace que le plâtre sur les paquets.

Le plâtre fin

A notre niveau, ce matériau ne doit être employé que pour les petites surfaces, les raccords et les scellements. Travaux qui ne nécessitent qu’un matériel rudimentaire et pour la réalisation desquels une seule sorte de plâtre sera utilisée : le plâtre fin à l’exclusion de tout autre.

Le plâtre

Le plâtre

Le plâtre est du gypse déshydraté et moulu finement, très avide d’eau. Cette eau qu’on lui redonne pour le transformer en un produit malléable d’abord mais qui durcit trop vite au gré de l’utilisateur.

Donner une formule de mélange serait vain car on ne sait jamais trop si le plâtre que l’on veut mettre en oeuvre est jeune ou vieux. S’il est de fabrication récente, il absorbera beaucoup d’eau et aura une prise rapide. S’il est vieux, il se sera déjà partiellement réhydraté au contact de l’humidité atmosphérique, sa prise sera longue et sa solidité très diminuée, voire nulle.

Donc, un conseil, avant de procéder au grand gâchis, faites des essais de mélange qui vous permettront de doser exactement vos produits.

Les raccords

Qu’il s’agisse d’une surface ou d’une fente, il est nécessaire de rendre les bords propres et nets afin de faciliter l’adhérence du plâtre rapporté.

Les fentes

Les fentes peuvent être légèrement creusées et élargies afin que la charge introduite soit suffisante et homogène. Autre conseil : avant d’éclater ou d’introduire le plâtre, humecter au pinceau le fond et les bords de l’endroit à recharger ou à boucher. Ceci évitera que l’eau du plâtre neuf ne soit bue par le plâtre ou le matériau support, incident qui entraîne toujours une zone de cassure.

Le plâtre gâché est étalé ou introduit en deux couches, la première bien appliquée aux bords et au fond, au doigt ou à la spatule, la seconde étalée largement à la truelle ou à la spatule selon la surface à recharger. Ne jamais chercher à niveler immédiatement, mais attendre la prise du plâtre. L’arasement peut alors être fait à l’aide de la raclette.

Les scellements

Délimiter les endroits où doivent être posés les taquets à scellement. Le centre de ces taquets sera repéré par une croix tracée sur la paroi, croix dont les branches seront assez longues pour rester visibles une fois la cavité faite.

Celle-ci doit-être creusée de telle façon que le fond soit plus large que l’orifice, celui-ci étant légèrement plus grand (1 cm dans chaque sens) que le taquet à encastrer.

La réalisation du taquet

En général, on utilise pour la réalisation des taquets soit du chêne, soit du châtaignier, soit encore du pin. La forme idéale est le tronc de pyramide dont la grande base sera dirigée vers le fond de l’orifice.

Afin de faciliter la mise en place du taquet , on enfonce un clou au centre de la surface qui recevra ultérieurement soit une vis, soit un crochet, soit une patte ; l’avant-trou sera ainsi fait.

La pose du taquet

Le taquet est prêt, il ne reste plus qu’à le poser. Pour cela, préparer un plâtre onctueux, en garnir les parois de la cavité en s’assurant que toutes les fuites possibles sont colmatées, remplir la cavité à moitié.

Mouiller le taquet, éventuellement le tremper dans le plâtre onctueux. L’introduire dans la cavité en le guidant par le clou précédemment enfoncé. Le taquet doit écraser le plâtre, le rejeter sur les bords, puis vers l’ouverture; à l’aide d’un tournevis, orienter le taquet dans son alvéole de façon que le clou corresponde au point d’intersection des branches de la croix tracée au début de l’opération. Enfoncer encore afin d’obtenir une dénivellation, d’un demi à un centimètre par rapport à la paroi.

Souvent, il convient d’employer un marteau car le plâtre durcit lentement mais sûrement. Combler cette dénivellation à la truelle ou à la spatule. Laisser prendre le plâtre. Araser avec la raclette.

Conseil : le clou ne sera retiré qu’après prise complète et vous permettra une fixation impeccable.

Ajouter un commentaire