Tous les éléments du circuit de refroidissement

Le fonctionnement du moteur à combustion dégage de la chaleur. En pratique, il est difficile de refroidir un moteur, d’où les fonctions de tous les éléments constitutifs d’un circuit de refroidissement.

Le radiateur

Il est constitué d’un grand nombre de tubes disposés verticalement ou horizontalement, et maintenus par une quantité équivalente d’ailettes horizontales ou verticales.

Le radiateur doit permettre le meilleur contact possible entre l’eau et l’air de façon que celle-là puisse céder à celui-ci le plus possible de calories.

Il faut que l’eau circule rapidement pour qu’elle libère une quantité importante de calories. Il faudrait donc des tubes de forte section. Dans ce cas, il n’y aurait plus assez de place pour que l’air passe autour de ces tubes.

Le vase d’expansion

Elément important d’un circuit fermé, il peut être en tôle, en verre ou en matière plastique. Il est généralement fixé, à proximité du radiateur, mais il est aussi parfois incorporé à ce dernier.

Il est en matière plastique noir et le faisceau du radiateur est en aluminium. Le vase d’expansion est mis à la pression atmosphérique par l’intermédiaire d’un clapet double.

En effet, pour que le circuit fonctionne, il faut qu’une certaine pression règne au-dessus du liquide contenu dans le vase. A une certaine pression, le gros clapet de pression s’ouvre pour stabiliser celle-ci dans le vase.

Le ventilateur

Il est situé généralement entre le radiateur et le moteur. Aspirant l’air au travers du radiateur, il permet de maintenir le moteur et ses organes annexes à une température aussi constante que possible.

La solution la plus simple est d’entraîner en permanence le ventilateur à l’aide d’une poulie et d’une courroie.

Un motoventilateur pour Peugeot 206

Un motoventilateur pour Peugeot 206

L’embrayage électro-magnétique

Un électro-aimant est monté dans le ventilateur. Un charbon assure le contact électrique par frottement sur une piste. Un thermo-contact vissé dans le radiateur déclenche le passage du courant nécessaire à l’électro-aimant à partir de 90° C.

Le coupleur glissant

Le ventilateur n’est pas solidaire de l’arbre sur lequel il pivote. Il y a un dispositif d’accouplement qui patine lorsque le couple résistant du ventilateur devient trop important.

Le ventilateur tourne donc en permanence, mais sa vitesse de rotation est limitée quand le moteur atteint de hauts régimes.

Le motoventilateur

Le ventilateur est ici entraîné par un moteur électrique. Un thermo-contact placé sur le radiateur ou éventuellement sur la culasse détermine l’alimentation électrique du motoventilateur.

Le motoventilateur, sous tension, fonctionne jusqu’à ce que la température redescende en-dessous d’une autre température, 82° C dans le cas présent.

Le thermostat

On a vu que la température idéale de fonctionnement d’un moteur est de l’ordre de 87° C. Le thermostat, improprement appelé souvent “Calorstat” du nom de son principal fabricant, est une petite vanne placée entre le moteur et radiateur, généralement en sortie de pompe à eau, sur la culasse.

Lorsque le liquide est froid au démarrage, le thermostat ferme la circulation du liquide dont la température s’élève rapidement.

C’est un élément important du circuit de refroidissement, qu’il est déconseillé de supprimer.

La pompe à eau

Le rôle de la pompe à eau est de permettre la circulation du liquide de refroidissement, suivant un débit suffisant pour maintenir la température de ce liquide en-dessous d’un seuil maximal.

Il s’agit, le plus souvent, d’une pompe centrifuge entraînée par une courroie qui, très souvent, entraîne aussi l’alternateur ou la dynamo. Elle se compose d’un carter cylindrique à l’intérieur duquel tourne une roue à ailettes en laiton et maintenant le plus souvent en tôle emboutie ou en fonte.

Sous l’effet de la force centrifuge, le liquide est chassé à la périphérie de la turbine en créant ainsi, une dépression à l’entrée de la pompe d’où l’aspiration et le refoulement du liquide.

Une pompe à eau

Une pompe à eau

Le détartrage d’un circuit de refroidissement

Il est aujourd’hui possible de détartrer soi-même un circuit de refroidissement grâce aux produits prêts à l’emploi du commerce. La méthode est la suivante :

  • Vidangez le circuit en dévissant le robinet situé à la base du radiateur
  • Retirez le bouchon du radiateur afin que l’air puisse pénétrer dans le circuit
  • Refermez le robinet, une fois que la vidange effectuée
  • Versez la dose de produit détartrant et complétez le niveau avec de l’eau
  • Roulez ensuite pendant 20 à 30 km
  • Vidangez le circuit
  • Rincez abondamment plusieurs fois car les produits détartrants sont très acides
  • Le circuit étant nettoyé, refaites le plein avec du liquide de refroidissement neuf et purgez éventuellement l’air du circuit

Ajouter un commentaire