Toutes les techniques de réglage de soupapes

La soupape est un élément mécanique séparant les conduits d’admission et d’échappement d’un moteur thermique, de la chambre de combustion. Son réglage ainsi que son contrôle est une opération à entretenir couramment, donc, il est indispensable de savoir toutes les techniques nécessaires au réglage du jeu aux soupapes.

Réglage du jeu aux soupapes

Réglage du jeu aux soupapes

Réglage du jeu aux soupapes

Dans le cas d’un moteur classique, avec arbre à cames latéral, tiges de culbuteurs et culbuteurs, l’outillage nécessaire au réglage est très limité. Il comprend :

  • un jeu de cale pour contrôler le jeu entre le culbuteur et queue de soupape
  • un jeu de clés plates ou à œil pour desserrer et serrer le contre-écrou de la vis de réglage
  • un tournevis plat pour le réglage de la vis

Vous avez la possibilité de vous procurer un outil spécial, alliant clé et tournevis.

Soupapes et arbres à cames en tête

Avec pastilles sur poussoir

Le réglage s’obtient par l‘interposition de pastilles entre les poussoirs et les cames. On trouve la pastille montée sur le haut du poussoir, en contact direct avec la came ou bien placée entre la queue de soupape et le poussoir.

C’est donc ce dernier qui est en contact avec la came.

Avec pastilles sous poussoir

L’intervention est un peu compliquée car il faut déposer les arbres à cames pour extraire les poussoirs sous lesquels sont logées les pastilles. Cette intervention implique obligatoirement un calage de distribution.

Remplacement d’un ressort de soupape

Remplacement du ressort de soupape

Remplacement du ressort de soupape

L’arbre à cames tournant à demi-régime par rapport au vilebrequin, la soupape effectue son cycle d’ouverture-fermeture tous les 2 tours de vilebrequin.

Un moteur tournant à 6 000 tr/mn a ses soupapes qui effectuent chacune 3 000 cycles par mn. Le ressort est donc très sollicité et son élasticité s’accroît avec les km. Lorsqu’il est usé, il y a affolement de soupape car il n’a plus le temps de se comprimer et de se décomprimer.

L’un des ressorts peut aller jusqu’à casser, il faut donc les remplacer. Cette opération peut se faire sans déculasser, si l’un dispose de 2 outils spéciaux :

  • un appareil de maintien de la soupape, qui se visse à la place des bougies
  • un compresseur de soupape, qui prend l’appui sous la rampe de culbuteurs

Contrôle des sièges de soupapes

Contrôlez la portée et la largeur du siège. Pour cela, mettez de la sanguine sur la portée de la soupape. Remettez la soupape en place, puis, tournez-la d’un quart de tour avec une ventouse. L’impression laissée sur le siège indique sa largeur et son état.

Si la portée est légèrement marquée, un simple rodage de soupapes suffit.

Rodage de soupapes

Cette intervention courante, il y a quelques dizaines d’années, devient moins fréquente du fait de la qualité des matériaux utilisés. Mais, elle n’en reste pas moins indispensable en cas de remplacement des soupapes.

Les sièges de soupapes ne doivent cependant pas être détériorés. Pour roder les soupapes, il vous faut :

  • un rode-soupapes
  • de la pâte à 2 compartiments

Contrôle des soupapes

Contrôle des soupapes

Contrôle des soupapes

Vérifiez l’état de la queue de soupape. Elle ne doit pas comporter de traces de gommage, c’est-à-dire de vernis constitué par de l’huile brûlée, signalant une mauvaise étanchéité du joint.

Mesurez l’épaisseur de la tête des soupapes et remplacez la soupape si la valeur est en-dessous de la limite indiquée par le constructeur.

Si vous disposez de ces équipements, mettez la soupape sur 2 “V” et mesurez le faux-rond de la queue de la soupape à l’aide d’un comparateur dont le toucheau est au centre et en faisant tourner la soupape.

Contrôle des guides de soupape

Là encore, avant de procéder aux différents contrôles, commencez par nettoyer les pièces concernées afin que les cotes ne soient pas faussées par un dépôt de calamine.

Vous pouvez utiliser une petite brosse cylindrique du genre de celle dont on se sert pour nettoyer le canon des fusils à poils durs. Mieux vaut exclure la brosse métallique en acier qui aura trop de mordant. Quelques gouttes d’huile fluide faciliteront le nettoyage.

Le contrôle au comparateur est du ressort du professionnel. L’échange standard de la culasse est peut-être, dans ce cas, une opération valable et un bon test vous permettra d’apprécier l’usure des guides.

Si le véhicule consomme exagérément de l’huile et que vous n’avez décelé aucune fuite, c’est que l’huile est brûlée par le moteur. Il peut y avoir 2 causes à cela : l’huile passe soit par les segments, soit par les guides de soupapes.

Si les guides ou les queues de soupapes sont usés, la dépression passant par le jeu, va aspirer l’huile de la culasse ; la fumée de l’échappement sera bleue. A l’accélération, elle disparaîtra.

Ajouter un commentaire