Comment utiliser les matériaux dérivés du bois

Ces matériaux reconstitués sont surtout appréciés parce qu’ils sont homogènes, de dimensions régulières et bien définies. Ces dimensions sont généralement très grandes. Les surfaces sont lisses et susceptibles de revêtements divers. La manipulation, le découpage et la mise en oeuvre sont rapides et faciles. Et surtout leur résistance aux chocs, à l’usure sont remarquables malgré leur légèreté.

Principes de mise en oeuvre

Les contre-plaqués, panneaux de fibres et de particules sont, généralement, “secs” lors de l’achat. Or ils doivent avoir un degré d’humidité approprié aux conditions dans lesquelles ils seront utilisés. On risque d’avoir des panneaux souvent trop secs qui “travaillent” une fois posés ou parfois trop humides et qui se rétrécissent.

Il conviendra de laisser les matériaux s’imprégner de l’humidité générale et habituelle du local dans lequel ils seront fixés. Pour cela, il faut entreposer au moins huit jours dans la pièce avant de les fixer.

Les panneaux de fibres doivent généralement être humidifiés légèrement avec un pinceau ou une éponge avant la pose.

Travail de ces matériaux

Le contre-plaqué

La scie doit toujours entrer dans le bois par le côté “parement”. Une scie portative exige, généralement, un parement placé dessus mais si l’égoïne a les dents orientées de telle sorte qu’elles agissent en tirant, il faut placer le parement en dessous. De même, une scie circulaire portative (outillage électrique) travaille généralement “vers le haut”. Il faut donc placer le parement en dessous.

Les lames des scies à main doivent avoir une denture fine et compter au moins 4 dents par centimètre et ne pas avoir de voie.

Le rabot ne doit être utilisé que pour les chants à l’exclusion des faces.

Pour le clouage, utiliser des pointes à tête “homme” et ne pas clouer trop près du bord. En général, la distance minimale est de 5 fois le diamètre des pointes.

Les panneaux de fibres et les panneaux de particules

Tenir compte des mêmes impératifs de sciage et de rabotage que pour le contre-plaqué. On peut fixer les panneaux sur un support continu ou sur un cadre ou même directement sur le support, par :

  • le clouage
  • le vissage
  • le collage
  • les joints

Le clouage

Commencer le clouage par le centre, les bords étant cloués en dernier. Utiliser de préférence des pointes non ferreuses ou galvanisées (car les résines et colles attaquent le fer). La longueur des pointes sera en moyenne 3 à 4 fois l’épaisseur du panneau.

Le vissage

Il est préférable de visser plutôt que de clouer les panneaux. Si cela est possible, utiliser une légère rondelle de métal ou de plastique pour élargir la tête de vis lorsque l’on emploie un panneau “mou”.

Le collage

Utiliser de préférence des colles de résines synthétiques et à base de caoutchouc, visqueuses, à froid pour les revêtements des plafonds et des murs. Ces colles résistent à l’eau.

Des profilés pour un assemblage de panneaux de fibres

Des profilés pour un assemblage de panneaux de fibres

Les joints

En principe, ne jamais appliquer les panneaux bout à bout mais réserver un espacement de 1 mm par mètre de longueur lorsque le panneau est maintenu par les bords et de 2 mm par mètre lorsqu’il n’est maintenu que par sa partie centrale. Couvrir alors les joints par des baguettes en bois ou en métal ou en matière plastique.

Il existe actuellement des “profilés” pour les plats, les angles, les extrémités.

Les lamifiés

Les lamifiés sont généralement utilisés collés sur contre-plaqués ou sur les panneaux de fibres et particules.

Préparer les panneaux. Ajuster le lamifié exactement sur le panneau. Coller ensuite le lamifié sur le support en utilisant la colle spéciale que l’on trouve dans le commerce.

Ces colles doivent généralement sécher une dizaine de minutes avant l’assemblage et il n’est plus possible de faire glisser les pièces à assembler dès qu’elles sont réunies. Pour faciliter l’assemblage, employer le tour de main suivant : enduire les deux surfaces bien repérées de colle. Laisser sécher le temps préconisé. Placer ensuite sur le support des baguettes minces séparées de 20 à 50 cm. Sur les baguettes poser les lamifiés à coller. Ajuster puis retirer l’une après l’autre les baguettes qui séparent les deux parties à assembler en vérifiant sans cesse les repères. Terminer en donnant un dernier coup de lime sur les bords.

Principales utilisations

Quelques utilisations les plus fréquentes :

Revêtements de murs

Les panneaux de revêtements pour murs

Les panneaux de revêtements pour murs

Ne pas fixer les revêtements directement sur les murs mais préparer un support destiné à recevoir les panneaux. Ce support constituera un espace protecteur qui permettra de rectifier la planéité des vieux murs et aura aussi l’intérêt d’assurer une insonorisation des pièces où il sera utilisé.

On commencera donc par sceller des tampons dans la paroi. Sur ces tampons, on clouera des supports et des lattes de bois. Les panneaux seront fixés sur ces supports. Les joints se trouveront obligatoirement face à un support.

Si le mur est humide, il sera nécessaire de traiter le support avec un produit de préservation. Faire également des trous et des encoches en bas et en haut, derrière les panneaux pour assurer la ventilation.

Pour un panneau de 5 à 6 mm d’épaisseur, l’intervalle sera de 50 cm en travers du fil et de 80 à 100 cm dans le sens du fil.

Cloisons

Remplacer tout simplement les lattes du support par des chevrons et fixer les panneaux de part et d’autre des chevrons.

Autres utilisations

Les panneaux, par leur possibilité de moulage, la facilité avec laquelle ils se travaillent répondent à une grande variété d’utilisations. Ainsi par exemple :

  • revêtements et habillage d’une baignoire, aménagement d’un coin
  • ébénisterie, aménagement de meubles de cuisine
  • portes, comptoirs
  • toutes les isolations phonique et thermique

Finition des travaux

Très souvent, les objets réalisés en panneaux de contre-plaqué ou de fibres et particules n’offrent pas un aspect agréable à l’œil parce qu’ils sont mal présentés et mal finis.

Pour donner un aspect esthétique aux travaux, il est indispensable de les finir.

Le contre-plaqué sera obligatoirement poncé, ciré ou verni. Les panneaux de fibres et de particules peuvent recevoir une couche d’huile de lin crue ou cuite qui leur donnera une belle couleur naturelle. Ajouter si nécessaire un léger siccatif.

On peut aussi peindre ou teinter les panneaux. La teinture sera donnée par un “mordant” acheté dans le commerce : compléter le travail par une bonne couche de cire. La peinture sera appliquée après une excellente préparation du support.

Stockage des matériaux

Tous les matériaux seront stockés avec soin. Disposer les panneaux à plat, sur un sol uni, dans un local couvert et à l’abri de l’humidité.

Afin d’éviter les taches et les marques, prévoir une protection élémentaire par une toile, une bâche ou un papier d’emballage.

Ajouter un commentaire