6 termes techniques pour la fabrication d’un escalier

L’escalier est une construction architecturale constituée d’une suite régulière de degrés permettant aux personnes de passer d’un étage à un autre. Voici 6 termes techniques importantes à savoir pour que votre escalier devient une œuvre, tant au niveau de sa conception que de sa réalisation.

Pour éviter les confusions, il est bon de respecter un certain nombre de termes qui désigne chacun une pièce précise d’un escalier.

Marche et contremarche

Marche et contremarche

La marche

La marche est la partie horizontale sur laquelle vous posez vos pieds pendant l’ascension. Cette marche doit avoir 17 cm de hauteur et l’épaisseur de bois devra être généralement de 3,5 à 4 cm.

La contremarche

C’est la partie verticale sur laquelle repose la marche qui peut être plus mince que la marche soit 2,5 à 3 cm d’épaisseur.

Et si cette contremarche est incontestablement un atout pour la sécurité des utilisateurs, elle n’est pas systématiquement employée.

En effet, elle doit être parallèle au sol et elle peut aussi devenir un atout décoratif pour mettre en valeur votre œuvre.

Le nez de marche

Il est courant de donner à la marche une saillie de 3 à 4 cm par rapport à la contremarche. Ce nez de marche doit être généralement arrondi en bec de corbin pour éviter les arêtes trop vives.

Le nez de marche est aussi parfois appelé “pas de souris”, notamment dans le Sud-Est de la France.

Le giron

Un escalier peut tourner ou suivre une courbe, on opère un balancement. En d’autres termes, les marches sont plus ou moins en biais pour rattraper le tournant.

Normalement, toutes les marches d’un escalier doivent avoir un giron égal. On nomme giron alors l’axe central de marche où s’opéreront les mesures. Les marches courantes doivent donc avoir 28 à 35 cm de giron.

Le limon

Limon droit central

Limon droit central

Description

Situé sur les côtés de l’escalier, le limon est essentiellement une pièce d’appui en bois en un seul ou plusieurs morceaux assemblés dans lequel des entailles reçoivent par bout marches et contremarches.

Son double rôle

D’une part, le limon a un rôle fonctionnel car il permet d’assurer une fonction primordiale qui est de supporter le poids des marches et de ceux qui empruntent l’escalier.

D’autre part, esthétique puisqu’il habille l’escalier tout entier.

La crémaillère

Contrairement au limon, la crémaillère est une pièce de bois découpée “en escalier” sur laquelle les marches viennent reposer.

En principe, lorsqu’un escalier longe un mur, il faut noyer dans l’épaisseur de ce dernier une crémaillère scellée avec des pattes métalliques. La partie extérieure de l’escalier sera, au contraire, constituée par un limon. Dans ce cas, l’épaisseur de la crémaillère sera prévue de 3 à 4 cm.

Les matériaux

Ces différentes pièces qui assemblent un escalier peuvent être en bois, en métal, en pierre et parfois même en verre. Mais pour un simple escalier employé souvent dans la maison, il est préférable d’utiliser le bois.

Escalier en bois

Escalier en bois

Bref, ces notions essentielles vous aideront certainement à réaliser un escalier droit ou courbe sans difficulté.

Bien entendu, bien d’autres formules existent, notamment les escaliers à vis qui s’articulent autour d’une colonne centrale ou les escaliers à jour qui, au contraire, libèrent en leur centre un jour rond ou ovale engendré par le limon.

Ajouter un commentaire